Le Trouble Psychique

Les questions les plus fréquemment posées sur les TOC

TOC est l'abréviation en français de Trouble Obsessionnel et Compulsif (son équivalent en anglais est OCD : Obsessive Compulsive Disorder).

Il s'agit d'une affection qui se caractérise par la présence d'obsessions et/ou de compulsions récurrentes, persistantes, pénibles et parfois très invalidantes.

Vous trouverez ci-dessous les questions les plus souvent posées au sujet de cette affection.

En cliquant sur la question de votre choix, une page s'ouvrira pour la réponse.

Vous n’avez pas trouvé la réponse à vos questions ? 

Contactez nous ici

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais. N’oubliez pas d’indiquer une adresse électronique valide pour que nous puissions vous répondre.

Pour aller plus loin, l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) a produit un dossier complet sur les tocs

Le TOC chez les enfants

Trois études épidémiologiques récentes sur la fréquence du TOC chez l'adolescent, conduites dans trois pays différents, montrent une prévalence comprise entre 2,1 et 3,6% (e.g Hantouche Troubles Obsessionnels Compulsifs Encycl. méd-Chir. Paris-France. Psychiatrie. 37-370-A-10.1995.).

Les obsessions les plus fréquentes chez les enfants et les adolescents sont :

  • La peur de la contamination ou d'une maladie grave
  • Une fixation sur les chiffres dits "porte-bonheur"
  • La peur qu'un intrus ne pénètre dans la maison
  • Le besoin de symétrie et d'exactitude
  • Un doute excessif

Les facteurs familiaux et génétiques sont "fortement suspectés" (e.g Hantouche, op. cité). On observe une prévalence élevée des formes subsyndromiques du TOC et des troubles anxieux chez les parents des patients obsessionnels (op.cité). Des études récentes montrent que 20 à 25 % des parents du 1er degré (surtout les pères) des patients obsessionnels, présentent un TOC. Le type des symptômes obsessionnels observés chez les parents est dans la majorité des cas différent de celui observé chez les enfants. Cette observation va à l'encontre d'une transmission sociale (ou simple modelage parental) du TOC et plaide plutôt en faveur d'une transmission génétique (op. cité).

Le début des symptômes peut apparaître dès 3 ou 4 ans, mais de très jeunes enfants peuvent ne pas les exprimer et les parents ne pas les reconnaître (surtout lorsque les rituels sont exécutés en cachette).

Par peur du ridicule, les enfants peuvent cacher leurs rituels devant leurs camarades à l'école comme à la maison et sont mentalement épuisés par leurs efforts. Quelques familles en viennent à compter le nombre de pains de savon utilisés quotidiennement, comme la seule manière de suivre à la trace les rituels de lavage de leur enfant.

Cependant, le TOC n'est pas dû à une mauvaise éducation. Les frères et sœurs non-atteints par ce trouble peuvent se sentir négligés par les parents, occupés à aider l'enfant malade. Ils peuvent aussi être l'objet de plaisanteries de la part de leurs camarades qui ne comprennent pas les TOC.

Les enfants atteints de TOC sévères peuvent ritualiser à l'école (vérifier, raturer et refaire leurs devoirs…), ce qui a pour conséquence un travail lent et incomplet.      La concentration et la participation en classe peuvent être limitées par les peurs et les rituels. Les parents doivent avertir les professeurs de leurs enfants, pour permettre une meilleure compréhension et un meilleur suivi et soutien de l'élève (qui, sans cette intervention risque d'être traité de fainéant, comédien, simulateur…). L'enseignant pourra être plus attentif et moins exigeant face à un élève lent ou montrant des difficultés de concentration. N'oublions pas cependant que les TOC sont encore très mal connus en France et se heurtent le plus souvent à l'incompréhension et au scepticisme. Aussi les parents doivent-ils être particulièrement vigilants et approfondir leur travail d'information auprès du personnel enseignant.

Les traitements des TOC chez les enfants sont les mêmes que chez les adultes (la posologie des médicaments est cependant à adapter à l'âge et au poids de l'enfant).

D’après un document et avec l'autorisation de l’OCFoundation (traduction d’Agnès Lecarpentier) et l’ouvrage cité de E.G. HANTOUCHE

Lire aussi:

- la fiche que nous avons établie et publiée sur le site doctissimo : le TOC chez les enfants.

- la fiche pratique de l'AFTOC : "Le TOC en milieu scolaire " à télécharger au format pdf.

Regarder aussi

la video réalisée par l'AFTOC: dépistage du Toc chez les enfants